.:: APES - Association Parisienne d'Etudes Spirites ::.
•  dimanche 19 novembre 2017
Document sans titre


Accueil


Qu'est ce que l'APES?

Mission

Comment y arriver?

A la une

Qu'est-ce que le spiritisme?

Messages Spirites

Allan Kardec

               - L'homme
               - Ses pensées

Bibliothèque de l'APES

Où trouver les livres spirites

Encyclopédie Spirite

Conseil Spirite International

Les Medias Spirites

Sites Historiques

Autres Groupes

E-mail

Pensées d’Allan KARDEC
(France 1804 –1869)


Moyens de conservation
Les moyens d’existence font souvent défaut à certains individus, même au milieu de l’abondance qui les entoure ; à quoi doivent-ils s’en prendre ?
Question n° 707 du Livre des Esprits
« Si la civilisation multiplie les besoins, elle multiplie aussi les sources du travail et les moyens de vivre ; mais il faut convenir que sous ce rapport il lui reste encore beaucoup à faire ; quand elle aura accompli son œuvre, personne ne devra pouvoir dire qu’il manque du nécessaire, si ce n’est par sa faute. Le malheur, pour beaucoup, est qu’ils s’engagent dans une voie qui n’est pas celle que la nature leur a tracée ; c’est alors que l’intelligence pour réussir leur fait défaut. Il y a place pour tout le monde au soleil, mais c’est à la condition d’y prendre la sienne, et non celle des autres. La nature ne saurait être responsable des vices de l’organisation sociale et des suites de l’ambition et de l’amour-propre.
Il faudrait être aveugle cependant pour ne pas reconnaître le progrès qui s’est accompli sous ce rapport chez les peuples les plus avancés. Grâce aux louables efforts que la philanthropie et la science réunies ne cessent de faire pour l’amélioration de l’état matériel des hommes, et malgré l’accroissement incessant des populations, l’insuffisance de la production est atténuée, en grand partie du moins, et les années les plus calamiteuses n’ont rien de comparable à ce qu’elles étaient naguère ; l’hygiène publique, cet élément si essentiel de la force et de la santé, inconnu de nos pères, est l’objet d’une sollicitude éclairée ; l’infortune et la souffrance trouvent des lieux de refuge ; partout la science est mise à contribution pour accroître le bien-être. Est-ce à dire que l’on ait atteint la perfection ? Oh ! certes, non ; mais ce qui s’est fait donne la mesure de ce qui peut se faire avec la persévérance, si l’homme est assez sage pour chercher son bonheur dans les choses positives et sérieuses, et non dans des utopies qui le reculent au lieu de l’avancer. »

Allan KARDEC Occupations et missions des Esprits
Allan KARDEC Occupations et missions des Esprits
Allan KARDEC Obli du Passé
Allan KARDEC Les vicissitudes de la vie corporelle
Allan KARDEC L’Esprit doit se dépouiller de ses propres imperfections
Allan KARDEC Connaissance de la loi naturelle
Allan KARDEC Connaissance de la loi naturelle
Allan KARDEC De la prière
Allan KARDEC La limite du travail. Repos
Allan KARDEC Mariage et célibat
Allan KARDEC Polygamie
Allan KARDEC Moyens de conservation
Allan KARDEC Jouissance des biens terrestres
Allan KARDEC Jouissance des biens terrestres
Allan KARDEC Fléaux destructeurs
Allan KARDEC Fléaux destructeurs II
Allan KARDEC Cruauté
Allan KARDEC Nécessité de la vie sociale
Allan KARDEC Loi du progrès – Etat de nature
Allan KARDEC Loi du progrès – Marche du progrès
Allan KARDEC Loi du progrès – Marche du progrès
Allan KARDEC Loi du progrès – Progrès de la législation humaine
Allan KARDEC Loi du progrès – Influence du spiritisme sur le progrès
Allan KARDEC Loi d’EGALITE – Egalité naturelle

Document sans titre
« Ce n’est pas assez de faire de pas qui doivent un jour conduire au but, chaque pas doit être lui-même un but en même temps qu’il nous porte en avant. Johann-Wolfgang GOETHE (1749 - 1832) »

Johann-Wolfgang GOETHE
(1749 - 1832)


.:: APES - Association Parisienne d'Etudes Spirites ::.
2006 © APES. Paris, France.